Catégories
La chaine de KOFC

Tournoi Ultimate Frisbee de Knights Sponsor

PrésentationPresseDroits d’auteurNous contacterCréateursPublicitéDéveloppeursSignalez un contenu haineux conformément à la LCENConditions d’utilisationConfidentialitéRègles et sécuritéPremiers pas sur YouTubeTesteur de nouvelles fonctionnalités

Catégories
Vie de l'église

L’Épiphanie du Seigneur: Regardez les Mages comme des modèles

The Adoration of the Magi is depicted in a stained-glass window at St. Mary of the Isle Church in Long Beach, New York. (CNS/Gregory A. Shemitz)

L’Adoration des Mages est représentée dans un vitrail de l’église Sainte-Marie de l’Isle à Long Beach, dans l’État de New York. (CNS / Gregory A. Shemitz)

Qui étaient ces vagabonds qui, peu impressionnés par le roi Hérode, rendaient hommage à un nouveau-né et permettaient à un ange de changer leurs plans de voyage? Nos ensembles de crèches, nos chants et nos mythes nous disent qu’ils étaient au nombre de trois — une idée déduite des cadeaux mentionnés par Matthieu — mais il n’y a aucune raison de penser qu’il n’y en avait pas plus: plus de gens et plus de cadeaux. Par tradition, ils sont appelés rois. Si oui, probablement pas plus que nous qui sommes baptisés comme prêtres, prophètes et rois. (Peu de régions du monde avaient trois monarques désireux de voyager ensemble pour découvrir et vénérer un autre roi.) Mieux vaut les appeler les Mages, un titre qui fait allusion au mystère, à la magie et aux miracles.

Les historiens disent qu’il est peu probable que leur histoire reflète un événement vérifiable. Pour nous, plus important que le fait historique est la raison pour laquelle Matthieu a fait cette partie de son Évangile. Dans ce domaine, il nous a laissé beaucoup d’indices. Tout d’abord, Matthieu a emprunté des détails clés pour son histoire aux prophéties d’Isaïe. Isaïe assure aux gens qui ont été dans les ténèbres que la lumière de la gloire de Dieu brillera sur eux et que leur foi attirera des gens de loin qui viendront avec des dons. Avec cela, nous avons le fond pour l’étoile, les voyageurs, les chameaux et les dons: tous les signes de l’avènement du salut de Dieu.

2 Janvier 2022

Ésaïe 60:1-6
Psaume 72
Éphésiens 3:2-3a, 5-6
Matthieu 2:1-12

Matthieu commente Isaïe et dépeint Jésus comme l’accomplissement des anciennes espérances. Poursuivant son commentaire, Matthieu décrit comment les Mages ont interrogé le roi Hérode sur les prophéties qui faisaient référence à un roi à venir. Hérode a fait appel à des théologiens qui, préfigurant les attitudes des futurs fonctionnaires à l’égard de Jésus, ont cité des prophéties mais n’ont montré aucune curiosité pour voir comment elles pourraient être accomplies dans leur propre vie. Matthieu commence ainsi son Évangile avec Jésus, Emmanuel, mis en danger parmi son propre peuple et vénéré par les représentants du monde des Gentils. L’Évangile de Matthieu se termine par le commandement du Christ de faire des disciples de toutes les nations et la promesse qu’en tant qu’Emmanuel, il restera avec nous jusqu’à la fin.

Qu’est-ce que ce récit signifie pour nous aujourd’hui alors que nous commençons l’année 2022? Peut-être en ces temps incertains (COVID-19 finira-t-il un jour?), les Mages, ces gens prêts à marcher ensemble comme des participants à un synode, peuvent être nos guides. Plus que le temps et l’argent nécessaires à leur voyage, ils possédaient une combinaison clé de confiance en soi et de désir de plus de sens dans la vie. Ces attitudes les poussaient à lire les signes des temps et à s’aventurer dans l’inconnu. Ils croyaient humblement qu’il y avait plus de sagesse dans le monde qu’ils n’en avaient encore découvert. Ces voyageurs, n’ayant pas peur de chercher la connaissance de loin, ont été émus — littéralement — par une sainte inquiétude, l’agitation que Saint Augustin nous dit jusqu’à ce que nous nous reposions en Dieu. Ainsi, ils sont partis dans une caravane qui est devenue le premier pèlerinage chrétien.

Aujourd’hui, nous voyons des signes d’une sainte inquiétude similaire. À la suite du COVID-19, les gens réévaluent leur vie. Des chercheurs ont rapporté qu’entre janvier et octobre 2021, une personne sur quatre aux États-Unis a quitté son emploi. De plus, COVID-19 a rendu impossible d’ignorer à la fois les divisions politiques persistantes entre nous et les écarts de richesse et de bien-être qui nous isolent les uns des autres, laissant des multitudes de nos frères et sœurs inconsciemment vulnérables. En même temps, alors que certains de nos malades et de leurs familles ont subi un isolement qui a amplifié et même éclipsé les effets physiques de la maladie, d’autres ont découvert le Zoom et d’autres moyens d’être en contact direct et visuel avec leurs proches à des centaines, voire des milliers de kilomètres.

Dans son livre, Rêvons: Le Chemin vers un Avenir Meilleur, Le pape François partage des idées très applicables à la fête d’aujourd’hui. Il décrit notre époque comme un changement d’époque, pas simplement un temps de changement. Il affirme que ce changement,  » accéléré par le coronavirus, est un moment propice à la lecture des signes des temps. »Évitant le piège des réponses faciles, Francis dit: « Un fossé s’est ouvert entre les réalités et les défis auxquels nous sommes confrontés et les recettes et solutions qui s’offrent à nous. Ce fossé devient un espace de réflexion, de questionnement et de dialogue. »

Regardons les Mages comme des modèles. Inspirés par l’écart entre leurs connaissances et leurs espoirs, ils se sont mis à chercher un sens que leur vie ne leur avait pas encore donné. Ils réfléchirent ensemble sur les signes de leur temps et cherchèrent la sagesse des étrangers, convaincus que la vérité d’un autre quartier ne ferait qu’ajouter à la vérité qu’ils comprenaient déjà.

En tant que peuple synodal, soyons en mouvement, en discernant les signes de notre temps tout en refusant d’être émerveillés par des dirigeants qui s’auto-importent. Partageons l’humble curiosité des Mages. Approprions une part de leur courage et de leur confiance pour que nous puissions, nous aussi, chercher, trouver et suivre le Christ dans notre monde.

Catégories
Vie de l'église

2022

“La Parole s’est faite chair et a fait sa demeure parmi nous” (Jean 1:14).

Réveillon du Nouvel An

1 Jn 2, 18-21; Jean 1, 1-8

Plus la lumière est brillante, plus l’ombre est sombre. Nous terminons une année difficile pour en entrer une autre, et de peur de jeter nos espoirs dans un avenir inconnu avec trop d’optimisme, les Écritures jettent à la fois de la lumière et de l’ombre sur nos résolutions selon lesquelles l’année prochaine sera meilleure.  Jean l’Évangéliste proclame la Parole comme une lumière venue au monde qui a été rejetée, et la Première Lettre de Jean pleure les dissidents et les menteurs qui ont abandonné la Communauté bien-aimée.

2022 s’annonce comme une année critique sur de nombreux fronts, et ce n’est que si nous sommes prêts à entreprendre le travail acharné de réorienter les trajectoires actuelles dans une autre direction que certaines crises graves pourront être résolues et résolues.  La Parole est toujours proclamée avec une grâce abondante, mais nous devons écouter et agir pour la faire chair en nous.  Serons-nous la lumière du monde pour notre génération ou des témoins silencieux et des collaborateurs volontaires dans sa destruction?

Nos défis commencent par le destin de la Terre.  Le pape François a sonné l’alarme immédiatement après sa prise de fonction en 2013.  Laudato Si, un plaidoyer éloquent et intelligent pour une action mondiale, a été largement ignoré. Il a appelé l’économie mondiale à exploiter les pauvres et à saccager l’environnement. Le changement climatique a perturbé les conditions météorologiques avec des inondations et des incendies, la sécheresse et le déplacement de millions de personnes alors qu’une pandémie fait rage.

Les conflits politiques alimentés par la peur et le racisme menacent de détruire l’état de droit et l’autonomie démocratique. Les disparités croissantes invitent à la violence entre les nantis et les démunis, justifiant les pouvoirs de l’État policier et le régime autocratique comme seule solution.  Nous avons raison d’être nerveux à propos de 2022, l’épreuve de force entre un statu quo insoutenable et le chaos de la révolution de gauche et de droite, une relecture des pires scénarios de l’histoire pour refaire le monde en le brûlant d’abord.

L’Évangile est destiné à des moments comme ceux-ci, mais il exige que les disciples s’incarnent et mettent en œuvre son esprit et sa vérité avec courage. Le Mot est venu en personne pour nous montrer comment vivre.  

    Ce qui est venu à travers lui, c’était la vie,
    et cette vie était la lumière de la race humaine;
    la lumière brille dans l’obscurité,
    et les ténèbres ne l’ont pas vaincu
    (Jean 1:4-5).

Le prologue de Jean expose le plan de Dieu pour la Création et invite l’humanité à se modeler sur le Christ, l’être humain authentique, plein de vérité et de grâce. Le recevoir, c’est devenir les enfants de Dieu.   

Le monde fera la fête toute la nuit et se relèvera demain résolu à survivre et à espérer des jours meilleurs. Nous aussi, nous devons nous éveiller avec confiance que Dieu est dans le monde et bénira nos petits efforts humains pour protéger notre planète et construire des communautés qui favorisent le bien-être de tous. Si nous accueillons la lumière et la laissons briller en nous et à travers nous, aucune ombre ne nous envahira et aucune obscurité ne nous vaincra.

Catégories
Vie de l'église

Une prophétesse au milieu de nous

« Anne a rendu grâce à Dieu et a parlé de l’enfant à tous ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem  » (Luc 2:38).

1 Jean 2:12-17; Luc 2:36-40

Nous abordons la fin de l’année avec l’image d’une veuve âgée dans le Temple qui prend l’enfant Jésus dans ses bras avec joie et parle de lui à tout le monde. Chaque paroisse a de telles femmes, souvent des veuves à la retraite qui agissent en tant qu’aînées de la communauté et figures de sagesse. Ils assistent habituellement à une messe matinale pendant la semaine si elle est offerte, se saluant mutuellement et partageant les besoins de la famille et des amis lors des Prières des Fidèles.  Aujourd’hui, avec la mobilité et les familles fracturées, il est de moins en moins probable que certains enfants connaissent intimement leurs parents et leurs grands-parents, ces substituts paroissiaux jouent un rôle particulier en tant que fournisseurs de soutien aux jeunes parents et à leurs enfants.

Il n’est donc pas difficile d’imaginer Joseph et Marie amener leur fils en bas âge au temple. Les anciens sentent qu’il y a quelque chose d’extraordinaire chez ce couple et leur enfant, et ils se réunissent pour partager ce que l’Esprit dit dans leur cœur.  » Cet enfant est destiné à racheter le peuple de Dieu. »Anna demande à tenir l’enfant, et Marie le place dans ses bras tremblants. Des larmes coulent sur son visage alors qu’elle regarde avec émerveillement le visage de Jésus. Les autres s’approchent pour toucher l’enfant, le bénissant et louant Dieu d’avoir répondu à une prière profonde qu’ils ont offerte chaque jour de leur vie.

Les veuves ont joué un rôle important dans l’église primitive en tant que mentors auprès des jeunes femmes et en menant des œuvres de bienfaisance. Il existe des preuves que des femmes ont été ordonnées diaconesses pour assister aux baptêmes féminins, et Saint Paul nomme des femmes qui partageaient son ministère et présidaient des églises de maison. Cela suivait naturellement l’exemple des femmes dans les Évangiles qui voyageaient avec Jésus et étaient des témoins clés de sa prédication, de sa crucifixion et de sa résurrection.  Ils étaient en fait les premiers évangélistes des hommes, qui ont fui dans la peur. Ils étaient présents à la Pentecôte lorsque l’Esprit a formé l’Église.

Ces précédents puissants rendent d’autant plus paradoxal qu’à mesure que l’Église se développait en organisation, en particulier sous Constantin, elle devenait plus patriarcale et hiérarchique, citant des textes évangéliques pour montrer que Jésus avait choisi 12 hommes pour être ses apôtres, considérés comme les précurseurs des évêques qui ordonnaient d’autres évêques et prêtres dans une succession de fonctions qui sont devenues la base de la direction de l’Église exclusivement masculine d’aujourd’hui.

Ainsi, aujourd’hui, nous trouvons la moitié des membres baptisés de l’Église exclus du leadership basé sur le seul sexe. Argument théologique mis à part, l’Église est l’un des derniers retranchements dans un monde qui considère l’égalité des sexes comme une question de justice. Cela nuit à la crédibilité de l’Église, nuit à l’évangélisation et prive toute l’Église du service des femmes à un moment où la pénurie de prêtres masculins limite l’accès des fidèles aux sacrements.

L’Évangile d’aujourd’hui offre le modèle d’une femme reconnue comme prophétesse. Anna, avec Siméon, a accueilli et proclamé l’enfant Jésus dans le temple. Anna représente une forme importante de leadership – celle d’un ministère prophétique exempt de structures légales et officielles pour simplement suivre l’impulsion de l’Esprit. Anna démontre également que tout ministère consiste essentiellement à accueillir les autres pour qu’ils partagent Jésus.

Si l’Église catholique voulait terminer l’année civile sur une note suffisamment importante pour être la résolution du Nouvel An, elle n’aurait pas pu choisir un meilleur Évangile. Anna est une partenaire à part entière de Siméon en accueillant Jésus pour racheter le peuple de Dieu. 

Catégories
Vie de l'église

Cantique de l’espérance

« Voici, cet enfant est destiné à la chute et à la montée de beaucoup en Israël, et à être un signe qui sera contredit » (Luc 2:35).

 1 Jean 2:3-11; Luc 2:22-35

La fin de l’année 2021 sera l’occasion du rituel annuel d’examen et de résolution. Nous revenons sur l’année écoulée, exprimons notre gratitude ou nos regrets, mais savons également à ce stade que nous ne pouvons rien changer. Mais 2022 n’est pas encore, et nous met donc au défi d’affirmer ou de changer les trajectoires du passé qui pourraient façonner notre avenir. Le hasard est hors de notre contrôle, mais les circonstances variées à partir desquelles de nombreux événements imprévus émergeront peuvent encore être influencées. Ce que nous voulons, nous devons travailler pour; ce que nous ne voulons pas, nous devons nous opposer. 

L’histoire évangélique d’aujourd’hui de la rencontre entre Siméon et la Sainte Famille nous offre un aperçu de la vision de Dieu de l’histoire. Un prophète âgé tient un enfant dans ses bras et voit l’avenir. La promesse de Dieu de sauver son peuple ne se réalisera pas en balayant le mal et en ouvrant l’histoire à la volonté divine, mais en envoyant une nouvelle vie. 

Le bébé Siméon tient et le couple humble devant lui révèle à ses yeux défaillants une lumière qu’aucun espoir humain ou effort seul ne peut allumer. Jésus atteindra la maturité, formé par ses parents dans un village de la campagne montagneuse de Galilée, un simple charpentier qui, après un court ministère de prédication et de confrontation avec le statu quo, changera le cours non seulement de l’histoire, mais de la destinée humaine elle-même. 

On a dit que le poids précis de l’espoir humain est le poids d’un enfant endormi. Sa mère connaît déjà la vulnérabilité de cette vie, et Siméon ne lui épargne pas la prédiction du chagrin qui la joindra à la souffrance de son fils pour les péchés du monde. Mais la promesse faite est imparable et les desseins de Dieu seront accomplis. Siméon et Anna, qui attendent également de tenir l’enfant, sont remplis de joie.  

Nous portons tous à travers le seuil de la Nouvelle année le poids des enfants du monde. L’avenir que nous aidons à créer par notre foi et notre courage est le monde dont ils hériteront, en tant que bénédiction ou fardeau. Qu’il soit résolu que 2022 sera une année de grâce. 

Catégories
Vie de l'église

Lamentation

 « Une voix a été entendue à Rama, des sanglots et des lamentations bruyantes » (Jérémie 31:15).

Fête des Saints Innocents

1 Jean 1:5-2:2; Matthieu 2:13-18

La complainte de Rachel est un cri universel applicable à tant de morts tragiques à travers l’histoire mais surtout à notre époque. Malgré toute la sensibilisation et les correctifs disponibles dans notre monde moderne, on pourrait penser que les morts violentes d’enfants seraient rares au lieu de simplement une autre statistique quotidienne.

La commémoration annuelle des Saints Innocents sert à mettre en lumière les enfants victimes, oui, de l’avortement, mais aussi de la guerre, de la pauvreté et de la négligence. La mort traque environ 83 millions d’êtres humains déplacés de force errant sur la terre à la recherche d’un accueil. La disparité dans la distribution des vaccins et des aliments se traduira par des taux de mortalité plus élevés dans les pays pauvres tandis que d’autres pays stockeront.   

Hérode le Grand, une incarnation des meurtriers grossiers, ignore ses conseillers à la cour qui lui disent que l’enfant est envoyé par Dieu, ordonne que ce rival infantile soit traqué et tué de toute façon, ainsi que tous les enfants de la région. Son blasphème ne se compare toujours pas à de futurs monstres dont la rhétorique a attisé les divisions et la haine qui ont justifié la mort de millions de personnes au nom de la sécurité nationale ou de la pureté ethnique. Les politiciens et les profiteurs qui inondent le monde avec suffisamment d’armes mortelles et d’armes domestiques pour prendre tout le monde en otage à la destruction totale et à vivre dans une société dans la peur d’elle-même.

La “Fête liturgique des Saints Innocents » pourrait être l’occasion d’un deuil mondial pour faire écho aux sanglots et aux lamentations entendus à Rama, car ce que le monde perd, c’est son avenir. 

L’année 2020 pourrait connaître de nombreuses pertes dues à la pandémie, au changement climatique et aux menaces qui pèsent sur l’État de droit. Mais rien ne se comparera au gaspillage tragique de tant d’enfants. Comment allons-nous nous expliquer cela si nous ne parvenons pas à protéger ce qui est le plus précieux et le plus nécessaire à notre propre survie?

Catégories
La chaine de KOFC

Gardez le Christ à Noël 2021

PrésentationPresseDroits d’auteurNous contacterCréateursPublicitéDéveloppeursSignalez un contenu haineux conformément à la LCENConditions d’utilisationConfidentialitéRègles et sécuritéPremiers pas sur YouTubeTesteur de nouvelles fonctionnalités

Catégories
Vie de l'église

Saint Jean le Divin

« Nous écrivons ceci afin que notre joie soit complète  » (1 Jean 1:4).

Saint Jean, Apôtre et Évangéliste

1 Jean 1:1-4; Jean 20:1a, 2-8

La commémoration d’aujourd’hui peut concerner plus d’une personne: Jean, le jeune Apôtre appelé avec son frère Jacques sur les rives de la mer de Galilée; Jean, l’auteur du quatrième Évangile et identifié à la figure sans nom appelée le “disciple que Jésus aimait” dans l’Évangile; et enfin, Jean l’Ancien, un chef de l’église d’Éphèse et peut-être l’auteur des Lettres de Jean. Tous font partie de la tradition johannique qui a produit le dernier et le plus théologique des quatre Évangiles. Nous voyons dans ce processus le fait que le Nouveau Testament est, en ce sens, le produit de nombreuses voix représentant le témoignage de foi en évolution de l’Église primitive. 

Les lectures d’aujourd’hui nous offrent plusieurs points d’entrée dans le mystère de l’Incarnation.  L’auteur de la Première Lettre de Jean transmet la joie de la croyance de l’Église selon laquelle, en connaissant le Christ ressuscité, les croyants entrent en contact intime avec la source même de la Vie: « Ce qui était depuis le commencement,
ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu avec nos yeux, ce que nous avons regardé et touché avec nos mains concerne la Parole de vie ” (1 Jean 1:1).

L’Incarnation révèle l’éternité dans le temps et la divinité dans l’humanité, Dieu intimement présent dans la Création et, à cause de Jésus, dans la chair humaine. Dans sa première lettre, Jean affirme que notre rencontre avec Jésus envoie la grâce – la nature divine – s’immiscer dans la nature humaine, perfectionnant son potentiel originel pour devenir un avec Dieu, d’abord offert à Adam et Eve, mais reporté dans sa plénitude jusqu’à ce qu’il puisse être librement choisi dans l’histoire. Nous recevons ce potentiel dans le Baptême et le réalisons de plus en plus dans l’état de disciple, l’imitation du Christ.

Dans l’histoire post-Résurrection d’aujourd’hui, c’est le Disciple bien-aimé qui croit d’abord que Jésus est ressuscité quand il voit le linceul et le visage se couvrant dans le tombeau. L’amour court plus vite et croit en premier, bien que l’Autorité, représentée par Pierre, soit autorisée à entrer dans la tombe en premier.  Le Disciple bien-aimé est représenté plus tôt lors de la Dernière Cène, allongé, la tête posée sur la poitrine de Jésus. Ce contact intime avec le battement du cœur de Jésus est la source de sa foi. Après que les deux hommes partent de la tombe, Marie devient aussi un disciple bien-aimé, en mesure d’entendre la voix de Jésus quand il parle de son nom et de le reconnaître, non plus comme le jardinier, mais aussi son professeur, son Rabboni.

Les quatre évangélistes complètent ensemble le portrait théologique profond de Jésus dans le Nouveau Testament, mais combien nous sommes redevables à Saint Jean, Apôtre, Évangéliste et mystique, de nous avoir mis face à face avec Jésus, humain et divin.

Catégories
Vie de l'église

Familles saintes

 » Il descendit avec eux et vint à Nazareth et leur obéit  » (Luc 2:51).

Sainte Famille

Seigneur 3, 2-6; 12-14; Ps 128; Col 3, 12-21; Lc 2, 41-52

Après notre célébration de Noël, la liturgie nous amène immédiatement au dimanche de la Sainte Famille avec la dernière histoire du récit de la petite enfance de Luc sur le garçon Jésus au temple avec les érudits.  Ce texte tourne dans le Lectionnaire avec l’histoire de Luc de la présentation de l’enfant dont ont été témoins les deux prophètes, Siméon et Anne, et le récit dramatique de Matthieu de Joseph emmenant Marie et l’Enfant en Égypte pour échapper à Hérode. 

Si quelqu’un imagine qu’être la Sainte Famille était facile, toutes les histoires des récits de l’enfance de Luc et de Matthieu mêlent la joie de la naissance de Jésus aux défis stressants pour Joseph et Marie, car cela se déroule dans une grotte à flanc de colline, suivie d’une fuite pour échapper à la violence, ou au milieu des prédictions de souffrances futures lors de sa présentation au temple et, des années plus tard, de la séparation anxieuse qu’ils endurent lorsque Jésus reste derrière les érudits, qui est la sélection évangélique d’aujourd’hui. 

Les parents s’identifieront rapidement à l’anxiété de tout moment où la vie d’un enfant est menacée par un danger, une maladie ou une séparation. Nous nous sentons pour Joseph comme protecteur de la famille à travers une crise après l’autre. Le cœur de Marie sera amené au point de rupture encore et encore alors que Jésus accomplit sa mission et accepte la mort sur la croix.  Chaque parent comprendra le moment inévitable où un enfant doit quitter la famille pour trouver son propre chemin et son propre but.

Ce sont ces expériences profondément humaines qui nous montrent le sens d’être une sainte famille.  L’amour risque tout pour former un enfant pour obéir à cet appel intérieur à accomplir son propre destin.   Pour Joseph, c’était le mystère d’aimer une femme qu’il ne pouvait pas avoir et d’élever un enfant qui n’était pas le sien. N’est-ce pas le défi de chaque mari et père?  Pour Marie, pleine de grâce, c’était se vider de son enfant, puis le lâcher pour le dessein de Dieu, sachant même que cela signifierait d’énormes souffrances. N’est-ce pas le défi de chaque femme et de chaque mère?  

Entre ces temps de vertu héroïque, nous rencontrons chaque jour la Sainte Famille dans les tâches ordinaires de vivre en communauté, de travailler dur, d’écouter et d’apprendre à être patient et désintéressé, ouvert aux leçons de la vie, aux besoins de ceux qui nous entourent.  Jésus vit anonymement dans une telle famille pendant la majeure partie de sa vie jusqu’à ce que Dieu l’appelle à prendre son ministère public. Cette vie est cachée dans un but.  Il n’y a rien d’extraordinaire à voir dans cette famille tout comme nos familles. La grâce est cachée dans les choses ordinaires, mais les faire nous rend saints et nous prépare au service de Dieu, quel qu’il soit.    

Catégories
Catholisisme

Song of Advent

 The Fourth Sunday of AdventDecember 19, 2021 at the Church of Santo Spirito in Sassia in Rome, Italy; see Luke 1:39-45)

[embedded content]